Ateliers MagicMakers

jecodeGrâce à l’initiative “ jecode.org”  qui fédère les expérimentateurs autour des questions de l’éducation au code, j’ai pu discuter avec Claude Terosier, derrière la start-up “Magic Makers”. Nos approches très semblables de la pédagogie et nos outils issus de la même faille (Scratch) nous ont donné envie de travailler ensemble.

MagicMakers-Logo-Txt-300 (1)

En effet, j’étais frustré de ne proposer que des ateliers de programmation “one shot” de 2h30 environ, très ciblés sur la découverte, l’initiation, mais sans progression. Aussi, quand Claude a partagé lors du 1er meetup son approche d’ateliers sur le long cours, avec des activités suivies sur plusieurs créneaux autour de la création numérique sous scratch, j’y ai vu la possibilité de créer des synergies avec mes Mindstorms, et d’expérimenter “in vivo”, sur plusieurs jours, une utilisation de mes robots plus poussée, avec des concepts plus avancés de programmation.

J’ai été pris à mon propre jeu puisque Claude m’a tout simplement proposé d’animer les après-midi de la première semaine de vacances scolaires de juillet, dans ses tout nouveaux locaux. Ok, mais comment “meubler” ces 5 créneaux de 3 heures chacun ? Quelles notions aborder, et comment les présenter ? C’est pas l’école, donc, comment gérer ceux qui ne veulent pas s’investir dans l’activité proposée ? Bref, vous l’aurez deviné, j’étais heureux, excité par le défi, et en même temps stressé par l’enjeu, l’envie de faire bien.

Ce qui était prévu

Mon plan était le suivant, lundi matin, avant de commencer la semaine…

1ère journée??? -> facile, j’ai déjà ça en stock, je connais, on construit un robot, on le fait danser, avant, derrière, gauche/droite, programme=histoire qu’on raconte au robot, on se met à la place du robot et on voit au travers de ses capteurs (sens), on agit au travers de ses moteurs/roues (membres). Bref, ça roule, c’est huilé, je fais un “5 minutes bot”, en 1h30, et après le goûter de 3h, on finit en programmant le robot (ordi/chargeur/usb/batterie/brique NXT/câbles).

Tiny-Construc1

Construction du robot de base

2ème journée -> on ajoute les capteurs, lumière pour le suivi de ligne, et ultrason pour l’évitement d’obstacles, on creuse les notions de déplacement, et de châssis, puis après le goûter, on programme les interactions écran/son (costumes/enregistrements)

Tiny-Mardi1

Robots Mardi, déjà bien différenciés!!!

3ème journée-> on fait les robots que les mômes veulent faire, et on gère la progression en difficulté, et les inévitables “embellissements”

4ème journée->on fait des SUMO, on prend les “Cards” d’Enchanting, sorte d’aide par l’exemple et on copie vite fait les bouts de programme, on compile, on lance le programme, et on a une coupe du monde de robots SUMO! (penser quand même à ramener un ruban de scotch qui tranche avec le sol de la pièce…)

Tiny-Sumo4

SUMO!!!

5ème journée->on échange avec le groupe qui fait les jeux en anglais en parallèle (penser à demander à la prof si ça lui plait comme idée!). Les enfants font de la pédagogie croisée, s’expliquant ce qu’ils ont fait, appris, comment et pourquoi ils ont rencontré des difficultés, comment aussi ils en sont venus à bout!

 Ce qui s’est passé

Lundi, OK, je savais que je jouais sur du velours, RAS… Le projet de construire de A à Z le robot a beaucoup plu, et de découvrir les pièces LEGO, l’ordi, le chargeur, les câbles USB, bref, toute la mécanique de la programmation d’un robot in-situ aussi.

Tiny-Program1

1ère Programmation, en avant, en arrière, puis gauche/droite

Mardi,  les premiers décrocheurs, et les premières interrogations, comment les ré-investir dans l’activité, tout en continuant à nourrir les autres, comment limiter l’hémorragie, comment communiquer les notions indispensables, sans les faire fuir ? Ouf, il est 3 heures, le goûter, un peu d’eau, de sucre, des gâteaux, et le leitmotiv: “c’est pas l’école, ça doit être FUN”. Je repars donc sur mes fondamentaux, culture projet, et donc je les réunis et leur demande: Que voulez vous faire comme robots??? Trois types se dégagent:

  • vision et yeux rouges à la Terminator (parfait, c’est comme ça qu’on suit les lignes, je peux recoller!)
  • évitement d’obstacle, agile (parfait, on prend le capteur à ultrason, et on gère le châssis, je peux recoller ça aussi!)
  • des robots qui se tapent dessus (les SUMO, j’ai même pas besoin de demander, je peux décalquer ça direct!).

Bref, encore une fois, demander aux enfants ce qu’ils veulent, faire, traduire ça en terme d’objectifs et proposer d’y répondre par des projets directement issus de leurs idées… Sauvé! (je croyais…)

Tiny-Mardi2

De griffes, des dents, ça déchire!

On boucle l’ultrason, on rajoute le capteur de lumière, on créée les premières conditions “si”, et “tant que”, et on utilise les notions d’inférieur/supérieur et de seuil. Un binôme trouve tout seul comment enregistrer des sons, et tout le monde finit par avoir des robots qui parlent, disent des gros mots, enregistrent mes interventions, et les rediffusent en live, gros fous rires, chouette!!!

Tiny-Mardi6Tiny-Mardi5Tiny-Mardi3Tiny-Mardi4

Il y en a qui raccrochent, mais pas tous! Aïe, je fais quoi????

Mercredi, Je décide de court-circuiter mon programme, et d’attaquer directement la programmation des robots SUMO, pensant par là re-dynamiser les décrocheurs, et continuer à intéresser les autres. MAIS, je n’avais pas prévu que les notions de programmation soient si faciles à expliquer, mais si difficiles à recopier,  on a finalement mis les trois heures à pondre les costumes, les scripts et les programmes nécessaires au fonctionnement des robots SUMO.

Enchanting Costumes

Costumes

Ces costumes permettent l’interaction avec l’écran du NXT, ce sont des sprites animés, qui permettent aussi de débugger, en montrant dans quel comportement on se trouve (retraite, attaque, ballade, attente)

Enchanting programmes

Un programme avec deux tâches parallèles, locomotion et détection.

Le programme est constitué de deux tâches, une qui arbitre quel comportement prend la main sur les moteurs (action suivante), et l’autre tâche qui s’occupe des capteurs, et des seuils de détection associés. On peut traduire ce programme par:

Tout le temps, on voit un ennemi, si le capteur à ultrason détecte un obstacle à moins de 80cm, et on voit un bord si le capteur de luminosité voit une surface réfléchissant moins de 35% (noir). En même temps, on démarre le robot, puis tout le temps, on se promène, sauf si on voit un ennemi devant, alors on attaque, ou sauf si on voit un bord, alors on bat en retraite

 

Enchanting scripts

Scripts de comportement

Les comportements sont supportés par des scripts. Attaque peut se traduire par: je suis en attaque, je fonce devant à 50 cm par seconde. Retraite peut se traduire par: je suis en retraite, je recule de 15cm vigoureusement (à 45cm par seconde), et je fais un demi tour (pour me dégager et revenir dans le ring). Promène peut se traduire par:je suis en Promenade, je vais doucement (à 10 cm par seconde pour ne pas risquer de franchir les limites), en décrivant des arcs de cercles (pour explorer le terrain et échapper à la détection des autres).

De plus, je n’avais pas le scotch noir pour délimiter le ring, l’ayant prévu pour le lendemain, les enfants n’ont pas pu tester les comportements. A la fin de la journée, j’étais épuisé, et je ne donnais pas cher du retour jeudi de mes décrocheurs… De plus, tel quel, le programme ne compilait pas correctement. La Bérézina… Mais bon, dans la soirée, je découvre le bug, et le moyen de le contourner, et je trouve le scotch noir toilé adéquat au Casto du coin.

Jeudi, je décide symboliquement de délimiter le ring sitôt les enfants arrivés, et on finalise le placement des capteurs, on teste, on change la langue de l’interface (du français à l’anglais, seul moyen trouvé pour contourner le bug du programme!!!), et……   les premiers robots traversent allègrement le scotch noir!!!!

Tiny-Sumo3

Erreur, bon, pas grave, on recherche, on teste l’inversion du signe supérieur en inférieur (dans la condition sur la luminosité), et ça marche!!!! (mais les robots ne voient pas l’opposant, leur capteur étant placé trop haut, je laisse faire, peut être la frustration les fera réagir).

Tiny-Sumo2

A la fin de la séance, et devant l’excitation des quatre autres binômes, mon binôme de décrocheurs raccroche, je les aide à récupérer leur retard, leur ré-explique les deux-trois trucs pas compris, et leur robot finit la session fonctionnel! Premiers grands sourires de mes décrocheurs, OUF!!!! (Les autres s’éclatent, organisent des tournois 2 à 2, des méga-batailles avec tous les robots, le bruit des moteurs est omniprésent, ça crie, ça rigole, ça réfléchît et ça retouche les programmes, améliorant les robots: Mission autonomie accomplie!!!!)

 

Vendredi, on utilise les premières 45′ de la session pour améliorer l’apparence, la résistance et les armes des robots. Certains privilégient de grosses épaules, d’autres inventent des boucliers bardés d’épines, certains utilisent une pelle devant le robot, pour soulever l’adversaire, et lui faire perdre sa motricité, d’autres utilisent des déplacements en arcs de cercles pour être plus difficilement attaquables, bref c’est un festival d’idées, et une grosse bataille sans discontinuer sur le ring (j’avais pensé à recharger les batteries, ouf!!!). Un groupe bouge son capteur ultrason, qui se met à “voir”, et donc pousser les adversaires, mais les autres groupes n’engrainent pas… Trop tard, je laisse tomber l’optimisation, il faut que je passe à la suite.

Pour la deuxième partie, je leur demande de réfléchir à ce qu’ils ont appris, et ce qu’ils veulent expliquer aux autres enfants de l’atelier d’anglais, et ce qu’ils veulent leur montrer. Ce brainstorming est important pour qu’ils conscientisent leurs apprentissages, et ça leur permet aussi de trouver leurs propres mots, et donc de plus facilement en discuter avec leurs parents ou copains.

Après la pause de 3h, nous entrons dans l’autre salle de cours, et nous assistons à la projection et aux commentaires de 4 séquences animées, fourmillantes d’idées toutes plus barrées les unes que les autres (mention spéciale à “Evil Cheese”, super héros anti-fondue!!!), et nous convions à notre tour les “anglais” à venir voir nos robots. Présentations, explications, questions, et combat, puis à la fin, remise d’un diplôme de roboticien intergalactique. Petit tour de parole de fin d’atelier, tous les enfants ont appris des choses, ils ont trouvé l’atelier intéressant, ils ont bien aimé construire, et aussi programmer, et les robots SUMO c’est trop génial! OUF, quelle semaine, quels enseignements, et quel bonheur d’avoir pu communiquer mon plaisir de programmer des robots en LEGO. La petite boule au ventre s’évanouit, j’ai réussi selon mes propres critères, et Claude est contente du stage. Les parents semblent ravis. Carton plein!!!

Ce qu’ils ont appris

  • A construire un robot en LEGO, en suivant un modèle au début, puis en changeant des éléments, en en rajoutant, pour finir par proposer 5 robots très différents. Ils ont aussi appris que la forme du robot conditionne la bonne exécution du programme et des tâches.
  • A programmer un robot, en faisant attention à sa configuration, à sa construction, en revenant sur le code ou les pièces du robot, pour influer sur le comportement final
  • En algorithmique: variable et mémorisation, gestion des capteurs, gestion des moteurs, odométrie basique, tests, conditions et branchements, gestion du temps (attente et réveil), appels de scripts, parallélisation des sous-programmes, et leur synchronisation (début/fin).
  • Sur la gestion de projet: à deux, c’est mieux! (entraide intra-binôme, et entre binômes plus ou moins avancés).
  • Que programmer c’est marrant, mais pas forcément facile ni tout-cuit, et qu’un peu d’effort est nécessaire pour faire des trucs vraiment cool!!!!

Tiny-Program2

Ce que j’ai appris

  • Mes années de BAFA m’ont été bien utiles lors de ce stage, dans l’animation et l’écoute des besoins de l’enfant (boire/manger/pipi/trop chaud/trop de bruits…)! La ritualisation du Goûter à 3 heures, en faisant coupure, permettait à chacun de recharger ses batteries, moi y compris!
  • Sur la conduite des ateliers: la remise en cause permanente face aux envies/besoins du groupe, et le FUN driving, ont tout simplement “sauvé” le stage, qui sinon aurait tourné en une nième copie d’un cours de techno, bien chiant… L’écoute lors des débriefing de fin d’atelier, y compris des critiques pas toujours “douces” des enfants, et la réponse que j’apportais lors du briefing du lendemain, ont contribué indéniablement au succès de l’atelier.
  • Sur le contenu du stage: la gestion par projet n’était pas assez marquée, et ça a engendré des flottements. C’est un point de progression, ma préparation était trop conceptuelle, peut être aurais-je dû construire le robot et tester les projets IRL (écueil de l’arrogance de “l’expert” certainement).
  • Sur la relation aux parents: j’ai expliqué ce que l’on faisait, les enfants ont démontré les capacités de leurs robots, j’ai écouté leurs demandes. Ça me semble important, tant du point de vue image de Magic Makers, que pour la médiation atelier-maison (Il va y avoir des kits LEGO Mindstorms achetés dans le coin…)
  • Sur la relation à l’enfant, j’ai eu de belles réussites, en respectant les cycles des uns des autres, mais cela n’est rendu possible que par le nombre restreint d’enfants, 5 binômes, et même là j’ai eu des décrocheurs… L’espace volontairement assez libre des ateliers, la disponibilité aux questions plutôt qu’un cours dirigé, l’usage du vidéo-projecteur ont bien fonctionné, sauf le mercredi, où là, il faut indéniablement que je trouve une meilleure formule.
  • J’ai eu la chance d’avoir un enfant “Asperger” dans le groupe, qui s’est très bien intégré, aidé en cela par les aides et sa maman, et qui à la fin voulait repartir avec le robot et le wagon spécialement construis pour les combats (il est passionné de train).
  • La préparation mentale avant l’atelier: à base de visualisations, de programmations, ainsi que le débriefing une fois rentré chez moi, ont permis que je conserve face aux enfants, une attitude toujours positive, et d’écoute. Les ancrages ressources de calme et de sérénité tout au long de la journée m’ont aussi bien aidé, mais que ce fut épuisant!!!
  • Sortir de sa zone de confort est inconfortable, mais quelle joie une fois que les choses se font, que les résultats deviennent tangibles!!!

Tiny-Promo1

Merci à Claude pour cette aventure, merci aux parents pour cette confiance, et merci aux enfants, pour tous ces moments partagés.

 

6 thoughts on “Ateliers MagicMakers

  1. Pingback: Ateliers MagicMakers | pbenco NXT Site

  2. Pingback: Ateliers MagicMakers | Action culturelle | Sco...

  3. Pingback: Ateliers MagicMakers | Projets innovants en bib...

  4. Pingback: Robotique/Programmation | Pearltrees

  5. Bonjour
    Je cherche un atelier robotique pour mon fi de 9 ans qui me parle que de ça depuis plusieurs mois. Auriez vous des ateliers prévus pour cette année scolaire ?
    Cordialement
    Maman de Jules : Mlle Vandertaelen

  6. Pingback: Learning coding | Pearltrees

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s