Coding Ateliers

La coordinatrice du réseau des bibliothèques/médiathèques de PANTIN, m’a contacté par l’intermédiaire des coding gouter pour que j’anime, en parallèle avec une exposition sur les robots, des sessions d’initiation à la programmation et à la robotique.

Nous avons convenu que j’animerais, début 2014, deux ateliers dans chacune des trois médiathèques du réseau.

La philosophie est simple, on apprend en binôme, en faisant, pas de cours mais des explications, de la bidouille, le droit de faire et défaire, des réponses qui viennent après une recherche personnelle, le droit de se tromper et le temps d’apprendre de ses erreurs, de tester, le plaisir de partager et de montrer ce que l’on a fait.

binome

J’ai donc mis sur pied un programme simple, avec l’idée que le robot, c’est un enfant, et que les programmeurs en herbe peuvent se mettre à sa place, pour comprendre comment lui “raconter une histoire”. Ce conte, il commence bien, il est émaillé d’aventures (le robot se ballade, veut faire des choses), d’événements ( le robot voit un mur!), de décisions (il évite le mur!), et tout fini bien. Ce conte, c’est bien entendu le programme, qui va se traduire visuellement sur l’ordinateur, par une suite de séquence d’instructions, grâce à Enchanting. Après, l’ordinateur “raconte” l’histoire au robot (télécharge le programme), et le robot vit l’histoire (il exécute le programme!!).explic1On comprend que le robot ne sait pas comment il est construit, et qu’il faut donc lui expliquer qu’il a un bras gauche, une jambe roue droite, et une jambe roue gauche, des yeux de chauve souris et une lumière (bref on le configure!!!). On lui apprend aussi la politesse à ce robot (comme d’attendre un appui touche avant de commencer le programme!) car sitôt téléchargé, le robot débute la séquence, et il n’est pas rare de voir un robot bondir de la table et tomber. On apprend aussi à finir le programme proprement, en veillant à ce que toutes les séquences soient bien finies.ConfigureDéroulement d’un atelier de deux heures et demi
  • 00h00 accueil des enfants, explication du concept de l’atelier, validation de l’objectif
  • 00h10 explication du fonctionnement d’un robot par analogie avec le corps humain, prise en main du robot danseur
  • 00h20 prise en main de l’interface, réalisation d’un premier programme marche avant, marche arrière, demi-tour
  • 00h30 cycle réflexion-réalisation-tests sur 2/3 itérations
  • 01h00 présentation de l’avancement des programmes, échanges sur les difficultés rencontrées
  • 01h10 décision suite atelier, ajout bras, ajout capteur d’évitement, suivi de mur ou de ligne, ajout décoration et sons/interaction lumière? Le groupe choisi un thème, j’explique grosse maille comment ils pourraient s’y prendre pour faire.
  • 01h15 dernier cycle réflexion-réalisation-tests
  • 02h00 présentation de l’avancement des robots,échanges sur les difficultés rencontrées, bilan tour de table, chaque enfant dit ce qui lui a plu, pas plu de l’atelier.
  • 02h15 rangement et au-revoir
telecharge
Les concepts d’algorithmiques simples, genre branchements de type ” si X alors Y sinon Z” sont illustrés directement grâce au support physique du robot, et au corps de l’enfant qui mime le comportement désiré (si mur près du nez, alors je tourne un peu pour ne pas ratatiner mon nez!). Les concepts mathématiques, physiques et chimiques ne sont pas abordés en tant que tels, mais comme explications des phénomènes réels, en lien avec les problèmes qui surviennent. Ils sont outils de description et compréhension du monde, pas des concepts éthérés, sans substances, déconnectés… une roue tourne de 2 tours par seconde, c’est vite???, et si elle tourne 10 secondes, ça fait combien de centimètres? et si on va moins vite, on tourne plus ou moins? et c’est quelle roue qui fait tourner à gauche? Les chauves souris” voient” dans le noir non pas grâce à leurs yeux (il fait noir pour elles aussi!!!), mais grâce à leur oreilles et à l’écho de leurs cris ( on crie un coup, il y a de l’écho, et hop une mesure de distance grâce à un capteur à ultrason!!!). Vous l’avez compris, ils font des tonnes de maths, ils manipulent plein de concepts plus ou moins compliqués, sans même s’en apercevoir. Et c’est là qu’on peut leur faire sentir que les maths, ce n’est qu’un langage de description du monde, qu’elles  ne servent qu’à rendre compte d’une infime partie de la complexité des interactions que nous avons avec notre environnement!!! Ni plus, ni moins, on peut même faire des blagues avec. (si si!!!)

ball_hunterJ’ai “utilisé” le premier groupe de Pantin pour monter les robots,  estimant qu’en 15 minutes, c’était fait, mais non… Aussi, j’ai appris qu’il vaut mieux, sur un format moyen de 2 heures, privilégier d’arriver avec un robot de base déjà pré-monté, très simple, genre ball hunter ou 5 minutes bot!!! C’est plus facile pour débuter, les enfants n’ayant pas tous une grosse habitude de la préhension fine.  Ils peuvent directement programmer, et rajouter des fonctionnalités mécaniques par la suite… tuner, customiser, mettre des armes pour les garçons, des fleurs pour les filles (l’inverse arrive aussi😉

marchepas

Les idées de spécialisation sur la deuxième période viennent des enfants, pas de moi, l’animateur, ce n’est pas l’école, l’erreur et la bonne humeur sont permises…. j’ai eu des demandes de robot touchant les murs, avec un bras et un capteur de contact, on s’est bien marré! On a commencé des robots sumo sur une autre session, et ça a beaucoup plu!!

explic2

Bref, vous l’aurez compris, toutes ces sessions ce sont c’est très bien passées, avec à chaque fois, lors du tour de table à la fin de l’atelier, des “c’est trop court”. Et quand c’est trop court, c’est que c’était bien!!!


Petites remarques TRÈS importantes à ceux qui voudraient se lancer sur des sessions pédagogiques de ce type:

  1. L’accueil et l’échange à la fin de l’atelier conditionnent la réception et la perception de l’atelier par les enfants.
  2. Parlez leur comme à des personnes douées de raison, capables de comprendre, pas comme à des demeurés, et ils se comporteront comme des personnes douées de raison, capables de comprendre, et pas comme des demeurés…
  3. C’est aussi un temps convivial, prévoir de quoi boire (jus de fruits, eau) des gâteaux, des fruits, sur une table exclusivement dévolue au goûter, et des toilettes clairement identifiées et facilement accessibles.

3 thoughts on “Coding Ateliers

  1. Pingback: Coding ateliers | pbenco NXT Site

  2. bonjour,

    article très intéressant. Je travaille pour ma part chez Aldebaran. J’ai déjà eu l’occasion d’animer un atelier avec des enfants dans le cadre de Devoxx4Kids, et j’ajouterai à votre propos à quel point ce type d’expérience est gratifiante également pour la personne qui l’anime, à travers le sentiment qu’on ressent de faire quelque chose de vraiment utile!
    Votre approche est cependant un peu différente de celle que j’ai expérimentée, qui était de fait plus scriptée que la vôtre: on travaillait davantage sur un comportement (SW) que sur un robot (HW+SW). J’imagine que cela demande pas mal de souplesse et d’adaptabilité🙂
    bonne continuation à vous!!

    Nicolas

  3. Pingback: Ateliers creatifs | Pearltrees

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s